VIE FUTURE 2

Publié le par maybruce

 

            « Encore absent, il commence tout et il a du mal à finir, tu le sais bien. »                      

            « Mais j’ai soumis le document au transcondeur, c’est bien écrit en 1998 et de plus j’ai la disquette et le CD »

            « La quoi... »

            « C’est une antiquité permettant de stocker les informations mais le transcondeur n’arrivait pas à lire, il lisait seulement l’environnement  de la pièce ou la disquette a été stockée »

            « Alors... »

            « Alors nous avons été obligé d’aller chercher un ordinateur au musée, quel appareil primitif, mais difficile à faire marcher non ce n’était pas une fable de Pablo. »

            « Dis donc il se fait tard, cela te dirais de venir dîner chez moi. »

            « Avec plaisir. »

            « Ensuite nous pourrons devenir amant  puisque c’est écrit. »

            « Paradoxe des prédictions, mais j’ai une manière particulière. »

            « Comment?. »

            « Je ne t’en dirais pas plus. »

Lisa s’étira comme une chatte, la maison n’était qu’à quelques centaines de mètres, elle secoua ses cheveux bruns frisés.

Le soleil brillait, la vie du XXII éme siècle déjouait les pronostics des futurologues. Les attelages de chevaux côtoyaient des engins bizarres. Après le difficile XXI éme siècle le gouvernement mondial assisté par les gouvernements nationaux avaient changés de philosophie. Il n’y avait pas de voitures car le pétrole avait presque complètement disparu depuis plus de cinquante ans. Il y eu de grands bouleversements  et des grandes épidémies, puis le virus atteignit la population du siècle dernier et sans les tuer réduit une grande partie de la population à la stérilité définitive. Les gouvernements n’avaient pas voulu privilégier une seule sorte d’énergie. la pénurie de pétrole avait entraînée une faillite mondiale. Tout comme les Atlantes avaient disparus à cause de l’utilisation exclusive de l’énergie tellurique ce qui provoqua d’énormes tremblements de terre. Pour l’heure en plus des chevaux  circulait des véhicules avec des sortes d’ailes fonctionnant à l’énergie solaire, puis il y avait des magnéto véhicules suivant l’ancien procédé des Atlantes. Il y avait aussi le retour des trains à vapeur . Plus la diversité énergétique serait grande plus stable serait la société. La politique aussi avait grandement changée, ils virent sur un écran publicitaire les résultats des dernières élections en France. Pour en savoir plus il suffisait d’acheter une pastille. La pastille était un journal de l’époque où les informations   étaient stockées à l’aide de cristaux liquides. Les « pastilles » étaient lues par une appareil à mi chemin entre un ancien ordinateur et un poste de télévision puis les pastilles étaient effacées et réutilisées. Les « pragmatiques » gagnent les élections en France. A cette époque il y avait deux grands partis. Les  «  Idéalistes  » mettaient en avant les trois I l’illusion du monde,  l’Impermanence et en troisième lieu l’Interdépendance des choses.  Les « Pragmatiques » mettaient en avant le carré de la vie ou l’A,B,C,D les lettres étant en même temps des idéogrammes. Le A pour Amour, le B pour la baise et la bouffe (En ce temps là les deux mots étaient entrés dans le dictionnaire et le langage courant. ) le C comme connaissance, le D comme Divinité et Deïté. Ainsi chaque loi devait tenir compte de l’A,B,C,D et tenir compte des besoins matériels, psychiques et spirituels de l’homme. Les débats étaient plus philosophiques que politiques Lisa était plutôt pragmatique. ils rencontrèrent Jean- Bernard mais Lisa avait grande envie de Jean-Paul.   

« Lisa dit Jean Bernard j’ai entendu dire que tu t’étais endormie dans ton travail?. »

«  oui au deuxième chapitre, le moyen âge ne m’inspire guère. »

« Pourtant ta vie supposée n’étais pas mal à cette époque. » Dit jean-Paul.

« Oui, mais je n’aime pas cette période. »

« Viens, nous partons  »     

« Viens nous partons dans la sierra nous pensons avoir retrouvé l’hacienda ou du moins les ruines nous les passons au vibro-transcondeur. »

« Mais j’ai finie ma journée et je pensais. »

« Je  ne sais pas si cela se fera. »

« Un petit coup d’amour universel, alors. »

Jean Paul frotta les mains l’une contre l’autre et ferma les yeux, puis il épousa à l’aide de gestes et le corps énergétique de Lisa, une incroyable chaleur l’envahit ainsi qu’une joie intense, elle ferma les yeux et soupira d’aise. »

            « Mais c’est incroyable ce que tu fais. »

            « Je ne fais pas, la force fait et en ce moment elle capte l’amour universel pour la renvoyer vers toi. »

            « Tu as la chance d’avoir ce don. »

            « Si l’on veut car en me mettant à la disposition de cette force, je ne choisis pas avec qui mais comment faire l’amour c’est elle qui choisis donc je ne peux répondre à ta question. »  

Lisa était frustrée mais elle suivait Jean-Paul qui monta sur son cheval moyen le plus commode pour aller dans la Sierra. Ils chevauchèrent durant dix kilométres et arrivèrent près d’un tas de pierres où deux hommes s’affairaient avec un drôle d’appareil terminé par un cercle de métal d’un mètre de diamètre, à deux mètres était placé un écran.

            « Alors dit Jean-Paul, du nouveau. »

            «  Oh non dit le technicien, nous en sommes au pavé et nous savons tout sur la fabrication des carreaux en terre cuite au XVII éme siècle. »

            « J’ai une idée dit Jean Paul si nous mettions l’aura aux « engrammes «  du pavé, nous aurions la chance de se brancher sur les vies antérieures stockées dans l’aura, mettons de l’eau sur le pavé, Liza déchausse toi et marche dessus quand il sera frais. »

            Lisa s’exécuta, le pavé était frais et soudainement sur l’écran apparu une jeune femme aux cheveux très noirs et au profond regard bleu.

            « Dis donc quelle beauté dit Jean-Paul à cette époque tu devais être un peu narcissique»

Publié dans Recits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article