Papus 9

Publié le par maybruce

Voici un extrait du Sepher Yezirah ou livre de la création traduite par Papus en 1887 (il n’avait que vingt deux ans) à partir de l’hébreu et de l’arabe. Nous allons d’abord écrire ce texte. Ensuite nous aurons quelques explications

 

Chapitre deux : les Sephiroth ou les dix numérations.

 

Dix Sephiroth, hormis l’ineffable, leur aspect est semblable à celui des flammes scintillantes, leur fin se perd dans l’infini. Le verbe de Dieu circule en elles ; sortant et rentrant sans cesse, semblables à un tourbillon, elles exécutent à l’instant la parole divine et s’inclinent devant le tronc de l’Eternel 

 

Dix Sephiroth hormis l’ineffable considère que leur fin est jointe au principe comme la flamme est unie au tison, car le seigneur est seul au-dessus et n’a pas de second. Quel nombre peux-tu énoncer avant le nombre un ?

 

Dix Sephiroth hormis l’ineffable. Ferme tes lèvres et arrête ta méditation, et, si ton cœur défaille, reviens au point de départ. C’est pourquoi il est écrit : sortir et revenir, car c’est pour cela que l’alliance a été faite : dix Sephirot, hormis l’ineffable.

 

La première des Sephiroth, un, c’est L’esprit du Dieu vivant, c’est le nom béni et rebéni du Dieu éternellement vivant. La voix, l’esprit et la parole, c’est l’Esprit-Saint.

 

Deux, c’est le souffle de l’esprit, et avec lui sont gravées et sculptées les vingt-deux lettres, les trois mères, les sept doubles et les douze simples, et chacune d’elles est esprit.

 

 

Trois, c‘est l’eau qui vient du souffle et avec eux il sculpta et grava la matière première inanimée et vide, il édifia TOHU, la ligne qui serpente autour du monde et BOHU les pierres occultes enfouies dans l’abîme et desquelles sortent les Eaux.  

Quatre c’est le Feu qui vient de l’Eau et avec eux il sculpta le trône d’honneur, les Ophanin (roues célestes), les Séraphins, les animaux saints et les anges serviteurs, et de leur demeure comme dit le texte : c’est lui qui fit ses anges et ses esprits ministrants en agitant le feu.1

 

Cinq, c’est le sceau duquel il scella la hauteur quand il la contempla au-dessous de lui. Il la scella du nom de IEV  Iod Hé Vav יהו

 

Six,c’est le sceau duquel il scella la profondeur quand il la contempla au –dessous de lui. Il la scella du nom  IVE Iod, Vav, Hé  יוה

 

Sept, c’est le sceau duquel il scella l’Orient quand il le contempla devant lui. Il le scella du nom EIV Hé, Iod, Vav  היו

 

Huit, c’est le sceau duquel il scella l’occident quand il contempla derrière lui. Il scella du nom VEI Vav, Hé, Iod והי

 

Neuf, C’est le sceau duquel il scella le Midi quand il le contempla a sa droite. Il le scella du mot VIE Vav, Iod, Hé ויה

 

Dix, c’est le sceau duquel il scella le Nord quand il le contempla à sa gauche. Il le scella du nom EVI HE, Vav, Iod הוי

 

 

Tels sont les dix Esprits ineffables du Dieu vivant ; L’esprit, le Souffle ou l’Air, L’eau, le Feu, la Hauteur, la Profondeur, l’Orient, l’Occident, le Nord et le Midi.

 

Publié dans Papus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article