La légende d'Hiram Message 131

Publié le par maybruce

Quelques remarques sur la légende d’Hiram.


1) Hiram décrivait aussi une société idéale.

En effet il rassemble ses ouvriers dans un premier temps par corporation : d’un coté ceux qui travaillent le fer, ceux qui travaillent le bois et ceux qui  travaillent la pierre pour la construction du temple symbolisant la construction de l’humanité, nous remarquons dans un premier temps que personne n’est supérieur à l’autre et chacun est utile, l’époque moderne est rempli de « personnes en trop » au chômage et non rentables alors que chacun à sa place dans l’élaboration de l’humanité.

2)      Hiram, établit petit à petit une hiérarchie du savoir et du mérite sous la forme d’apprentis, de compagnons et de maîtres. Le terme de vénérable fût introduit par les constructions de cathédrales. Les maîtres qui suivaient les dessins du Grand Architecte de l’Univers et qui les comprenaient, ils avaient pour mot de passe Yod, hé, Vav, Hé qui est l’alphabet suprême et qui se retrouve dans tous les cycles de la nature.

3)      Les trois compagnons demandèrent à Hiram de leur communiquer le mot de passe  il refusa et reçu un coup d’une grande règle de 24 pouces ou de 24 graduations, ce sont les marques du temps ou les 24 heures de la journée. ce qui indique que la légende est aussi un mythe solaire. Du deuxième compagnon il reçu un coup d’équerre qui dans le cycle de l’année représente une saison. Enfin le troisième compagnon l’acheva avec un coup de maillet qui a une forme circulaire ce qui symbolise l’année dont le nom provient d’anneau. Ils ensevelirent Hiram dans les décombres du temple. Dans un premier temps Trois compagnons le cherchèrent en vain puis Salomon envoya neuf compagnons   sept jours à le retrouver c'est-à-dire une semaine marquée par les Sept planètes. Ils le retrouvèrent car sa tombe était marquée par une branche d’acacia. Cette branche symbolise le lien entre le visible et l’invisible. Celui qui a conscience du bien peut dire : « J’ai connu l’acacia » phrase ésotérique qui indique : je connais les liens qui unissent les trois mondes. Ensuite, tous les quinze maîtres retrouvèrent les trois compagnons dont les noms varient ainsi que leurs morts respectives.

4)       L’Apprenti, le Compagnon, le Maître : La façon de franchir les trois grades est conditionné par le travail et par le mérite. Mon ami B souligne que la condition de naissance et le « piston » n’existe pas dans cette société idéale et il souligne que cela n’arrive pas même en démocratie. Il ajoute également qu’il y a eu tentative estimable dans les débuts de Etats-Unis, c’était en vérité presque une république maçonnique, constitution reste exemplaire bien plus que notre « feu » constitution Européenne. Dommage que parfois les délégués priment sur le peuple car J. Bush n’aurait pas été élu à sa première tentative. Que la beauté, la force et la Sagesse du Grand Architecte de l’Univers inspirent votre vie et vos décisions.

Publié dans l'adepte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article