Le livre de Bruce 7

Publié le par maybruce

 

Récit d’Amato : La fin de Nina

Bruce découvrit ses pouvoirs et la limite de ses pouvoirs. En effet la pensée est créatrice. Bruce me « disait » récemment que l’imagination d’une chose comme par exemple une assiette produisait une excitation du cerveau de même nature que la chose soit vue ou simplement imaginée.

Les modernes disent visualiser, mais je ne connais pas ce mot. Nous pouvons dire que l’objet imaginé ou vu existe pareillement. Bruce dans une précédente  incarnation a imaginé un centre le Goethenum qui fût détruit, il l’imagina à nouveau et il se réalisa. En plus de l’imagination il avait aussi utilisé le dessin, la sculpture. Mais dans le monde matériel il faut compter sur la force d’inertie et les délais. Néanmoins des choses simples avec de l’entraînement peuvent « apparaître » dans un délai très court. Une rose, de la monnaie, un verre. Mais en règle générale ces choses tiennent dans la main. Mais cela demande plusieurs incarnations de travail. Paradoxalement, les choses plus importantes sont à portée d’un chercheur sincère et certaines se réalisent sans l’intervention de la conscience. Ainsi nous allons travailler dans le futur à l’élaboration de notre futur centre. Terminons notre préambule et rejoignons Bruce en cette fin d’été 1944.

 

Bruce allait rejoindre Nina pour quelques jours de repos bien mérité en Italie. Ah cette Hongrie n’avait pas la vie belle surtout pour les juifs, mais Nina n’écoutait pas les avertissements  du jeune homme.  

« Non je ne veux pas partir. »

« Mais tu es en danger et les menaces sont lourdes. »

« Mais je ne veux pas te gêner. »

« Epouse moi alors. »

« Je ne sais pas, je veux bien t’épouser si tu es avec moi au moins deux jours par semaine ce qui n’est pas le cas, oui je veux bien mais laisse moi réfléchir quinze jours encore. » 

« Reste en Italie alors. »

« Non, mais que crois-tu ? Lis-tu l’avenir. »

« Cela dépend, je ne vois ni mon avenir ni le tien, mais mon raisonnement m’indique que la situation est dangereuse »

En effet, Bruce ne s’était pas trompé, une semaine plus tard, Nina se trouvait dans l’énorme prison d’Auswitch , elle allait être tuée avec de la fumée toxique puis brûlée. Bruce m’indique que les gens ne connaissaient pas leur sort. La  file se dirigeait vers la mort. Un fonctionnaire Allemand du « Bureau de la pureté raciale » (Je ne comprends pas ce mot) regardait l’élégante jeune fille et il se disait qu’elle était de la même taille que sa femme mais son devoir supposé était le plus fort. Il interpella le soldat le plus proche armé d’un mousqueton (Fusil mitrailleur)

« Cette femme n’est pas de race juive. »

(Je ne connais la race juive, je croyais que c’était une religion, à mon époque on se gaussait des religieux qui se demandaient si les indiens avaient une âme, mais à votre époque ce n’est pas mieux. »

« Mais » dit le soldat interloqué.

« Regardez, elle a des yeux verts, son nez est petit, ses pommettes sont hautes, et de plus son deuxième orteil est plus grand que le premier. »

« Et alors. »

« C’est un croisement entre la race slave et de la race aryenne. »

« Puisque vous le dite , mais il y a des blondes, que dois je faire, je n’y entend rien à cette histoire de race. »

« Heureusement que je viens de temps en temps, sortez cette jeune fille de cette file, elle deviendra auxiliaire du camp et plus tard nous la transfèrerons dans un camp qui n’est pas un camp d’extermination. »

Une nouvelle fois  la jeune fille têtue échappait à la mort tandis que notre ami Bruce aux commandes de la voiture sans chevaux. «  Bruce m’a expliqué que cela existait à votre époque mais ce n’est pas sans inconvénients. »

Bruce ne se doutait pas du sort de Nina il touchait ici à la limite du pouvoir de voyance, parfois il peut y avoir une illusion de « libre arbitre ». La jeune fille resta ainsi deux semaines en prison, quand elle eu l’idée plus que funeste de révéler la véritable nature des « douches » du campement. Elle savait que son sort serait terrible, mais elle s’y risque espérant être tuée rapidement par arme à feu. Mais hélas ce ne fût pas le cas.   

Elle fût confiée aux « bourreaux » et destinée à mourir par d’horribles souffrances pour l’exemple pour que ceux qui savent ne parlent pas.  

Elle fût fouettée puis électrocutée (Je ne sais pas ce que c’est)  puis intervint la phase finale avec un instrument appelé « Lampe à souder ». Notre ami Bruce entra dans le camp invisible à ce moment précis il essaya d’intervenir mais il ne pût le faire c’était la deuxième limite aux pouvoirs.

Soudain devant les yeux de Bruce se matérialisa un vieil homme qui lui dit. 

« Tu ne peux arrêter la flamme, sépare les deux corps. » 

« Mais comment. »

«  Envoi la lumière. »

« Mais comment ?. »

« Je vais t’aider. »

Rapidement Nina perdit conscience, les deux bourreaux continuèrent jusqu'à la mort complète de Nina, puis ils suspendirent le corps boursouflé dans le camp des auxiliaires qui ainsi seraient découragés pour faire des révélations hâtives.

« Mais qui êtes vous ? » dit Bruce au vieil homme

« Je suis Amato, j’attends la jeune fille pour une nouvelle vie. »

Bruce une demi heure plus tard  sortit du camp tandis qu’Amato disparaissait.

« Que ce plan est dur, je ne puis rester plus longtemps à bientôt collègue, c’est bien comme cela que l’on dit de vos jours ?. »

Bruce mis un appareil à  mettre les images en conserve devant son front, il eut ainsi la scène du supplice, la jeune femme serait ainsi sur les photographies.

Amanda la guide intérieure lui dit de rejoindre Nina, il se doutait qu’elle serait sur un plan astral surnommé « Purée de poix »  un plan ou les morts brutales ainsi que les matérialistes invétérés se retrouvent parfois pour un long temps.

La jeune femme se jeta dans les bras de Bruce

« Tu vois je n’ai rien dit. »

Il est évident qu’elle confondait plusieurs histoires, plusieurs incarnations.

« Viens je te conduis à ta nouvelle demeure. »

« Mais je veux rester en Hongrie. »

« Non tu ne peux pas tu es morte. »

« Non puisque je te tiens dans mes bras. »

« Tu es morte sur un plan et tu renaît dans un autre. »

« Je ne te crois pas, je rêve. »

« Allons voir Amato. »

Un escalier s’ouvrit devant eux et ils s’élevèrent, la lumière était de plus en plus grande, un portail barrait la route, derrière il y avait un jardin que l’on devinait enchanteur.

Amato parla

« Nina est ton nom, tu vas être dans peu de temps, une grande figure du nouvel âge, il y a deux incarnations tu étais  la servante de notre communauté vers 1630, l’inquisition nous repéra. Tu étais une servante déplorable, les repas étaient à la limite du mangeable. Tu étais voleuse et de mauvaise humeur mais quand le jeune Luigi del Rosa « Bruce » arrivait tout changeait, tu étais amoureuse et lui étais un célibataire endurci pour cause de mission spirituelle. Je comprends ton dépit et malgré les plaintes répétées de mes compagnons je te gardais. Bien m’en pris, tu subis les pires tortures de l’inquisition et bien que tu reconnue être allé au sabbat tu n’avais dénoncé personne ni Luigi ni moi. Alors nous te remercions tous et nous allons tout faire pour ton développement spirituel, pour l’heure nous te promettons une bonne vie.

Tu vas renaître dans quatre ans, en 1948 , tu  étudieras la force de la pensée les quatre année célestes vont te paraître des dizaines d’années et tu auras le privilège. De continuer ainsi ton évolution. Entre ma petite fille.

Publié dans Le livre de Bruce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article