JEAN LE TEMPLIER 36

Publié le par maybruce

 

Maître Aziz  poursuivait

« Donc au cours de notre voyage, nous ferons les exercices le matin et le soir dans certains lieux, il se peut que nous faisions que peu de lieues dans une journée si nous trouvions le bon endroit. »

« Mais comment trouver le bon endroit ? »

« Par la double vision, avec de l’entraînement en croisant les yeux, tu verras des couleurs superposant aux paysages. Les lieux favorables sont blancs et jaunes. Blancs comme la lune et jaune comme le soleil, c’est tout simple. »

« En effet sauf.. »

« Que tu ne vois pas les lieux favorables. »

« Mais pourquoi ? »

« Pourquoi dans ce désert et bien comme tu le sais  sous le sable se trouvent à des dizaines de pieds des cités en ruines de très grandes antiquités qui comme les Atlantes connaissaient le secret de la pierre, il en reste quelque chose, les autres endroits favorables sont en Chine et l’Egypte en terre sainte et en Occitanie, il existe aussi quelques autres lieux mais plus tard, citons Jérusalem et Toulouse la Rouge. »

« Les cathares connaissaient-ils le secret ? »

« En partie seulement. »

« Et les templiers. »

« En parie seulement, ce sont les arabes qui leur ont appris quelques secrets. »

« Va-t-on fabriquer une pierre. »

« Je ne sais mais nous allons suivre l’enseignement pouvant nous rendre capable de le faire. »

Tout en chevauchant tranquillement ils s’approchèrent d’un campement de nomades. »

« Cet endroit n’est-il pas dangereux ? »

« Non ils me connaissent et ils savent que je peux sesarconner les cavaliers à distance ainsi nous pourrons circuler sans être inquiétés. »

Maître Aziz dans le camp des mongols soigna deux ou trois personnes et ils furent ainsi ravitaillés en provisions pour plusieurs jours. »

« Mais vous soignez aussi les mongols. »

« Bien sur je ne fais aucune différence, en fin de compte contrairement aux apparences se sont les chinois qui vont gagner non pas en livrant bataille mais en convertissant les mongols à leurs croyances et à leur mode de vie les nomades seront de moins en moins nombreux. »

« Ainsi vous voyagez en toute quiétude. »

« Oui »

« Dans n’importe quelle partie du monde. »

« Non je voyage quand il y a peu de guerre la guerre obstrue la double vision et alors des accidents et alors des accidents peuvent subvenir j’ai été obligé de partir de la terre sainte avec toi d’ailleurs. »

« Mais ou allons nous »

« Nous allons faire le tour de ce désert pour récolter nos plantes médicinales puis nous retournerons en Inde. »

« Resterons nous ? »

« Non ensuite nous partirons en Egypte mais pour l’heure pratiquons car une fois les fruits des pratiques arrivées à maturité tu pourras rajeunir quelques fois dans ta vie. »

« Je ne comprends pas. »

« Et bien a soixante ans ou soixante dix ans cela sera la même chose pour toi qu’a trente cinq ans mais ta durée de vie dépend de tes autres vies  et celles de tes parents. »

« Les chinois parlent des immortels. »

« Question difficile les immortels sont ainsi car ils vivent dans plusieurs mondes et dans certains de ces mondes le temps n’est pas le même que sur notre terre, les chinois parlent de l’Ile des immortels, cette Ile existe mais dans un autre monde. »

« Mais ou est ce monde ?. »

« Mais à coté du notre. »

« Comment cela. »

« Et bien imagine un oignon, il contient plusieurs couches d’épluchures, notre terre est ainsi il existe différentes couches et différents mondes. » 

« Mais ce monde est-il celui de la mort. »

« Non entre le monde de la mort  ou ne pouvons revenir et le notre, en fait les immortels sont des êtres semi- matériels ou si tu préfère des êtres semi- fantomatiques, la pierre peut provoquer cela, une action brutale peut tout faire disparaître par contre une action raisonnée peut faire passer d’un monde à l’autre. »

« Comment sont ces mondes. »

« Très proche du notre, mis à part qu’il n’y  a pas de guerre ni de misère une heure de ces mondes correspond à un battement d’aile de papillon chez nous. »

« Pouvons nous y aller ?. »

« Ceci est l’ultime secret. »

Publié dans Recits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article