JEAN LE TEMPLIER 31

Publié le par maybruce

« Mais tu ne peux plus rajeunir ?. »

« C’est vrai, je suis une vieille femme, j’ai deux cent cinquante ans, je sais on me donne trente ans mais maintenant je vais vieillir. »

« Non tu ne peux rien faire pour moi, mais les « ombres » ne peuvent trouver le chemin de Shamballa, a l’abri d’un monastère nous sommes à l’abri, leurs organes de repérage sont impuissants dans un tel endroit, je pourrais certes trouver un autre compagnon mais nous n’avons qu’un compagnon ou qu’une compagne dans notre vie. Non, je ne suis pas triste, car je le vois souvent de l’autre côté du miroir  et il m’attend  s’il  je ne voyais pas je saurais que je pourrais prendre un autre compagnon mais ce n’est pas le cas mais revenons à notre état antérieur, le niveau d’énergie est trop haut pour toi. »   

« En effet, la plupart des maladies sont dues à pas assez d’énergie mais elles peuvent être dues à trop d’énergie. »

Jean ouvrit les yeux. Varouna le regarda.

« Si tu veux me faire plaisir, frotte moi la tête, les mains et les pieds, du bas vers le haut. »

Jean ressentit un picotement intense au contact de la peau de Varouna picotement qui s’étendit de plus en plus, il s’habitua les picotements devinrent de plus en plus intense au niveau de la tête.

Quand il eu fini  il dit

« j’ai l’impression que c’est toi qui ma fait un cadeau. »

Elle sourit

« En effet, tu as rajeunit de quelques années et de plus tu vas pouvoir accéder plus facilement au monde imaginal ( Astral de nos jours) nous partons pour shamballa invisible. »

Puis elle rajouta

« Allonge toi prés de moi et donne moi la main, je te conduis, fermes les yeux. »

Il se sépara de son corps presque immédiatement, Varouna était toujours a côté de lui.

« Ce monde est appelé aussi Monde de l’âme car les humains viennent ici après leur mort tout ce que tu peux penser se réalise immédiatement sans que tu t’en rende compte, tout ce que tu peux voir este le fruit de ta pensée et de ton imagination, néanmoins certains sont capables en se groupant de créer des mondes plus solides que les autres, il en est ainsi de Shamballa, c’est la que nous allons, mais n’importe qui ne peut aller à Shamballa visible et invisible, la première fois il te faut un guide et c’est pour cela que je suis là, en effet il est très difficile de savoir si ce que tu vois est le fruit de tes pensées ou le fruit de la pensée d’un groupe d’initié. Dans le premier cas tu ne sors pas de tes pensées et tout peux être faux, mais pour discerner cela j’ai mis cent ans, hors nous allons à Shamballa. »

Bientôt Jean n’écoutait plus, la beauté des lieux était réellement surnaturelle on distinguait au loin une pyramide de cristal.

« Cette construction émane des anciens maîtres Atlantes qui viennent ici consciemment ou inconsciemment »

« C’est quoi consciemment ? » 

« En conscience en le voulant, inconsciemment en ne le voulant pas, en songe par exemple. »

« C’est compliqué. »

«  Très, mais plus tard cela le sera moins, les Atlantes entretiennent cette pyramide de lumière, autrefois nous avons eu de nombreux contacts avec les Atlantes et nous leur avons apporté une civilisation très développée mais ils s’en servirent très mal, les initiés Atlantes vinrent ici, les égyptiens aussi ainsi que les rose-croix cette pyramide est toujours vivante grâce a la pensée Atlante, tu peux voir aussi quelques ruines, se sont les symboles non vivifiés ou abandonnés. L’énergie de cette pyramide essaye constamment de percer les ténèbres du monde. »

« Nous même dans la Shamballa terrestre nous nous rendons en pensée ou bien à l’aide de notre « corps imaginal ». Un maître ne maîtrise pas forcement les voyages dans les autres mondes, cela dépend des spécialités ou les qualités de chacun, viens. »

La lumière brillait  comme dix milles soleils, mais curieusement Jean pouvait encore ouvrir les yeux, par contre il distinguait  a peine Varouna, celle-ci lui tandis la main.

« Non, garde ma main, tu ne te perdras pas, de toute façon tu ne te perdras pas, au pire tu retourneras dans ton corps. »

La lumière était toujours très aveuglante.

« Nous venons ici, prier, méditer ou chercher l’inspiration voir nous soigner, mais nous ne savons pas avec qui nous sommes, c’est la règle, toi et moi sommes l’exception, mais la première fois l’initiable est toujours accompagné d’un Maître.

Jean avait l’impression de recevoir une multitude de voix dans sa tête et il n’arrivait pas à saisir le sens des paroles, cela allait beaucoup trop vite.

« Ce sont les voix et les enseignements de la pyramide car tout s’enregistre et tout se revitalise comme les rayons du soleil à la surface de l’eau. »

Puis des images a une vitesse inimaginable passèrent devant ses yeux.

« En quelques temps, tu revis toute l’histoire de l’Atlantide, mais cela demande beaucoup d’habitude pour pouvoir suivre les images, de plus tu ne peux les comprendre, tu le pourras dans trois millénaires quand la civilisation sera équivalente à celle des Atlantes. »

« Serais-je encore là »

« Sans doute non car tes cycles de réincarnations seront  finis entièrement, tu n’en n’auras pas pour longtemps, sept ce qui te mainnera au début du prochain millénaire. »

« Mais. »

«  Non, tu ne sauras pas tes anciennes incarnations car cela te ferais beaucoup de matière à réflexion et tu ne ferais que cela tout au long de ta vie, il existe aussi des  « chambres de réflexion »  pour connaître tes anciennes vies. »

« Pourrions nous y aller. »

« Pas pour le moment. »

Ils sortirent de la pyramide et se retrouvèrent dans un paysage paradisiaque.

« Nous allons maintenant dans le temple de la grande forêt. »

Ils arrivèrent devant un grand temple de cristal éclairé par une lumière violette, Jean reconnut avec surprise Maître Aziz, ainsi qu’Aicha.

« L’une n’est plus de ce monde, l’autre si dit Varouna leurs corps sont différents et habituellement ils ne peuvent se parler, mais Maître Aziz est un Maître puissant. »  

Aïcha sourit.

« Seul l’amour peut permettre cela, elle t’a vu. »

Publié dans Recits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article