ANTOINE LE VICTORIEUX 16

Publié le par maybruce

 

 

 

            « Pourquoi cette période est-elle si violente. » Dit Antoine à Denys.

            « C’est la fin de l’empire Romain. L’orient pousse vers l’occident, les huns poussent les germains qui poussent les francs, qui eux-mêmes se heurtent aux romains. L’orient vers l’occident cela peut se faire pacifiquement ou non ».                    .   

            « Cela arrive-t-il souvent?. »

            « Tous les quinze siècles environ, il y a quinze cents ans les mongols se sont installés dans les terres de l’est, puis ils recommencent maintenant et dans quinze siècles peut-être feront ils avancer les idées plus que les hommes, cela n’est pas encore décidé. »

             « Mais qui décide. »

            « Les cycles du destin, les roues du destin, Antoine. »

            « Oui je comprends un tour de roue et cela recommence. » Dit quintus.

            « Exactement la roue tourne mais la voie n’est pas déterminée ce peut être  une belle route pavée ou une ornière , nous sommes dans une ornière. Les sages savent que l’orient s’achemine vers l’occident tous les quinze siècles, mais il existe différentes manières de s’acheminer. »

            « Pourquoi quinze siècles. » Dit Bellema.

            «  Quinze peut être comme I+V=VI . »

            « Je ne comprends pas pourquoi six est égal a quinze ce n’est pas normal. » Dit Quintus.

            «  Il s’agit d’une addition pythagoricienne six peut être aussi représenté par le sceau de Salomon ou deux triangles entrelacés, le triangle du ciel et le triangle de la terre, le triangle de l’orient et le triangle de l’occident. »

            « Pourquoi pas tous les six cents ans. » Rajouta Bellema

            « Tous les six ans  se sont plutôt les mouvements internes a l’occident et a l’orient la Gaule n’a t-elle pas été envahit il y a six cents ans environ. »

            Notes de Jean : Six cents ans plus tard : les croisades et six cents  ans plus tard encore la conquête de l’Amérique du Nord (Ou plutôt le peuplement massif.)  Mouvements similaires a l’intérieur de la Chine (éclatement probable avec des pays indépendants avec un renouveau spirituel et orientalisation de la société occidentale.

            « Je ne comprends toujours pas pourquoi six est égal a quinze. » Dit Quintus.

            « VI et XV ont un élément commun 1 est égal  10 le zéro se place sur un autre plan. »

            « Je ne connais le le zeu ro. » Dit Quintus.

            « Non il n’existe pas chez les romains, mais existe chez les arabes et les Hébreux il est mystique et se trouve dans la cabale. »

            « C’est quoi la cabale. »

            « Nous en avons déjà parlé et elle sera très connue dans quelques siècles. »

            «  C’est normal que je ne le connaisse pas alors. »

            « Alors tu ne peux pas savoir pourquoi six égal quinze. »

            « A bon parce que  si je donne six pièces  au lieu de quinze je vais m’attirer des ennuis si je non ne t’inquiète pas c’est pareil la cabale le boulanger ne voudra pas me croire et réclamera ses pièces. »

            « Oui mais les pièces n’ont pas toutes la même valeur il existe des pièces de un, deux, cinq et dix deniers si par exemple tu donnes une pièce de dix deniers plus cinq de un denier tu est d’accord cela aura la même valeur que quinze pièces de un denier. Nous pouvons donc dire qu’en terme de nombre XV=VI  d’accord Quintus. »

            « Je crois. »

            « Autre démonstration  si je mets la base X=10  je peux mettre une autre barre XX=20  et I+I +2  regarde une barre ne change pas de nature seul l’inclinaison change de nature II=X l’inclinaison permets de changer de plan comme le dit Pythagore. »

            « Parlez nous du théorème. » dit Bellema

            « Le théorème c’est quoi. »

            « Théorème c’est une application de la science des nombres il permettait a l’origine de construire des pyramides prenons une pyramide de quatre mètres de hauteur et huit mètres entre chaque côté. La hauteur mesure quatre mètres la demi longueur au sol aussi quatre m’être. Non c’est un peu compliqué prenons plutôt un et deux mètres

Multiplions les nombres par eux mêmes/

1x1=1

2x2=4  le total est de cinq.. Nous prenons la racine carrée de cinq pour avoir le troisième coté du triangle ou du coté de la pyramide. »

            « Mais cela n’existe pas les racines carrés elles sont toutes rondes. » dit  Quintus.

            « La racine carrés de quatre est deux  c’est a dire que deux fois deux font quatre. »

            «  S’il y en a quatre c’est pour cela que l’on parle de racine carré. » dit  Quintus.

            « Non c’est un exemple, Bellema tu seras gentille explique donc le théorème de Pythagore a Quintus. »

            « Mais. »

            « Nul  progrès ne peut être obtenu sans la patience. »

            « Non je suis fatigué je vais me coucher. » Dit Quintus.

            « Tant mieux . » S’exclama Bellema.

            «  Tu en auras perdu ton latin. » dit Antoine

            «  Demain nous abandonnerons l’unité dans le septenaire , mais pour le moment suivons l’exemple de notre ami Quintus. » Dit Denys.

Publié dans Recits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article