Apocalypse : Ouverture des six sceaux* Verset 6-7 à 6-12

Publié le par maybruce

 

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième être vivant dire : Viens. Je regardais, et voici un cheval d’une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre pour faire périr les hommes «  par l’épée, par la famine, par la peste et les bêtes sauvages de la terre »         


 

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de la parole de Dieu et du témoignage rendu, ils crièrent d’une voix forte : jusqu'à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre ? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux, et il leur fut dit de se tenir en repos quelques temps encore jusqu'à ce qu'ils soient au complet.Attendre leurs compagnons de service et leurs frères qui allaient être mis à mort comme eux.


 

Je regardais quand il ouvrit le sixième sceau : il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang et les étoiles tombèrent sur la terre comme lorsqu’un figuier secoué par un grand vent laisse tomber ses figues.               


 

Voici venir le quatrième cavalier, le cavalier verdâtre peut évoquer l’eau, mais l’eau d’en bas de la genèse IMA . Le MA sont les eaux primordiales, le MI les eaux terrestres ou eaux d’en bas. Ce qui fait penser de cela est le fait que les hommes, les êtres sont les âmes prisonnières et que le cavalier va apporter la mort, hors, la mort ou plutôt l’impression de mort n’existe que sur le plan terrestre, les âmes emprisonnées  dans ce plan veulent revenir vers la lumière des plans subtils, vers les plans supérieurs, mais ils ne peuvent pas car d’autres âmes doivent les rejoindre, ils doivent rester un temps indéterminé avant de réintégrer la divinité.                

Notons, aussi que les cavaliers peuvent représenter la succession des saisons.

Le cavalier Blanc pour le printemps. Le cavalier rouge pour l’été, le cavalier noir pour l’automne, ceci en raison des références au blé et à l’orge, ce qui évoque les moissons et les récoltes.

Le vert, peut évoquer l’hiver car il évoque la mort, autrement dit la mise en sommeil de la vie.

D’autres symboliques existent par rapport aux couleurs, le blanc pour l’automne, le Noir pour l’hiver, le Vert pour le printemps et le Rouge pour l’été ce qui semble logique, mais la première explication semble la bonne en ce qui concerne l’apocalypse  en raison des symboles associés.

 


 

Le sixième sceau   

L’ouverture du sixième sceau  est un peu obscur, comment le ciel peut-il se replier comme un parchemin, comment les étoiles peuvent-elles tomber du ciel. Le tremblement de terre est plus plausible avec les îles qui s’écartent, cela fait penser à de vieilles catastrophes enfouies dans l’inconscient collectif comme la disparition de l’Atlantide.

D’une manière plus générale  ce passage évoque également le passage de l’état normal à l’état d’être éveillé en passant par la nuit obscure car le ciel des certitudes est enroulé comme un parchemin qui doit être écrit à nouveau et des idées tombent comme des figues mûres pour être remplacées par d’autres. Les six sceaux peuvent faire penser dans la perspective hindou aux six chackras ou six centres d’énergie, la montée de la Kundalini étant représentée par la flèche tirée par le premier cavalier. L’épée et la balance traçant la juste voie, les destructions représentant également l’élimination des scories karmiques, les prisonniers du cinquième ou du sixième chackra implorent; celui-ci est effectivement relié à la voix qui nous conduit sur la voie, le rouge est la promesse de l’aube, la promesse de l’Aube Dorée. Cette explication  parait géographiquement et historiquement  infondée mais elle cadre bien avec les symboles,mais qui sait ? La personne ou le groupe de personnes ayant écrit ce texte étaient à l’évidence  dans un état ou les portes des archives de l’Univers s’ouvrent et les différentes traditions apparaissent au grand jour, ou la tradition primordiale se révèle mais pour décrire ces vérités, le mental des hommes est limité ainsi que la connaissance. A notre époque le savoir et la connaissance sont plus accessibles. Le bon usage de ces cadeaux demande un grand libre arbitre.           

 


 

 


 

Publié dans Apocalypse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article