Trinosophie 12

Publié le par maybruce


Passage tiré du texte

Je pris l'épée et frappait le soleil, je le réduisis en poussière, je le touchait ensuite et chaque molécule devint un soleil d'or semblable à celui que j'avais brisé. L'œuvre est parfaite s'écria à l'instant une voix forte et mélodieuse. A ce cri des enfants de la lumière s'empressèrent de venir me joindre, les portes de l'immortalité me furent ouvertes, le nuage qui couvre les yeux des mortels se dissipa, je vis et les esprits qui président  aux éléments me reconnurent pour leur maître.  

 

La phase finale approche l'initié arrive dans une pièce ronde en forme de boule et arrive dans un sable rouge c'est l'œuvre alchimiste, c'est la dernière phase l'oeuvre au rouge, puis l'initié est élevé du sol par une sorte de vapeur et cette envolée dure trente six jours, nous retrouvons  toujours et encore et encore la fin d'un cycle puis c'est la redescente et le sable rouge passe au noir. Les deux individus, le guerrier et la belle femme nue symbolisent les forces féminines et masculines réconciliées à l'intérieur de l'initié qui rejoint ainsi l'androgyne primitif d'avant la chute dans la matière, c'est la réintégration qui se produit ensuite l'initié se rend maître des éléments. Nous remarquons que la  femme porte trois boules, c'est l'harmonie retrouvée des trois centres d'énergie ou les trois plans ; le divin, l'Astral et le physique, oui l'initié peut rajeunir s'il le souhaite et il  retrouve sa liberté originelle.  


Publié dans Trisonophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article