JEAN LE TEMPLIER 2

Publié le par maybruce

Jean resta pourtant quelques années dans la commanderie près de Marseille, il apprit à cultiver la terre, perfectionna le métier des armes puis devint chevalier, il voulu garder les armes de « Capucin » ce qui lui fût accordé. Il apprit également les rituels secrets ainsi que l’architecture sacrée.

«  La terre constitue une force et cette force coule comme des ruisseaux au fond de la terre. Pour la détecter il suffit  d’une branche de coudrier et cette force peut être concentrée, si elle est concentrée en un point elle vous rendra plus réceptif aux influences célestes. »

« Maître pourquoi le Baphomet a –t-il trois visages. »

« Le Baphomet symbolise les trois aspects de la manifestation, il existe, le père, le fils et le st Esprit. Il existe le monde terrestre, le monde céleste et le monde intermédiaire, ainsi dans toute la création  les choses présentent trois aspects ou trois visages. Le Baphomet peut aussi être remplacé par un triangle comme l’indique certaines catégories d’artisans. L’œil représenté au centre est l’œil de Dieu. »   

Jean étudiait donc l’architecture et assistait à la naissance de l’art Gothique.

« Maitre, pourquoi ces lignes brisées. »

« Ces lignes sont entre le ciel et la terre, mais je n’en dirais pas plus. »

Au bout de cinq années Jean parti enfin en terre sainte il avait monté de grade, il était devenu chapelain, ce qui était le troisième personnage après le maître et le maréchal, le maître assurait la direction spirituelle, et le maréchal s’occupait des armes , nous trouvions aussi un secrétaire et un trésorier. 

La commanderie comportait douze membres, celle de Marseille en comportait bien plus mais tous ne partaient pas en terre sainte.

Ils louèrent un bateau  à un marchand lombard.

« Mais, ce petit enfant va faire la traversée avec nous. »    

« Et oui!  sa mère est morte, il a deux ans, il se nomme Matéo. »

« Bon cela me semble bien jeune, mais vous serez bien escorté. »

« Oui à l’allez et au retour cela vaut mieux avec les brigands des mers. »

Le bateau fût en effet attaqué deux fois durant la traversée par les Corses puis par les Egyptiens mais ils renoncèrent rapidement après une volée de carreaux d’arbalètes. Ils débarquèrent à Constantinople pour manger des fruits, puis à Antioche où était une nouvelle commanderie. Durant deux ans encore Jean escorta les pèlerins et appris l’arabe.

La situation était mauvaise, Le Roi de Jérusalem Guy de Lusignan accumulait les erreurs et s’entourait  d'hommes tels qu’Hymbert le Boucher massacrant les arabes qui eux-mêmes massacraient les croisés.

Un chef de bande était aussi cruel qu’Hymbert, il se nommait Rachid le cruel, curieusement Rachid et Hymbert s’évitaient soigneusement.

« Maréchal, pourquoi ne tuerons nous pas Hymbert. » Dit Jean.

« Mais c’est un chrétien. »

« Lui ??? »

« Nous pouvons tuer Rachid par contre. »

«  Mais si Hymbert reste en vie, un autre Rachid se lèvera, la haine entraîne la haine. » 

Jean décida alors de partir seul ce qui était contraire aux règles des templiers. Il se déguisa en bédouin avec son turban. Quelques lieues plus loin tout près du repaire d’Hymbert il entendit une altercation en arabe. Cinq palestiniens malmenaient un homme blanc tandis qu’une femme les suppliait d’arrêter.  

«  Que se passe-t-il, par Allah que se passe-t-il ?. »

«  Ne te mêles pas de cela voyageur, ce chien de chrétien veut épouser ma sœur. »

« Et alors s’aiment-ils ? »

Jean reconnut le marchand Lombard, il vit que la femme tenait une petite fille par la main.

« Ma sœur est venue, sa petite fille se nomme Raïcha. »

«  Pourquoi tant de haine, cet homme peut devenir musulman. »

«  C’est un blanc comme Hymbert, ce sera toujours un chien. »

« Et moi aussi je suis un blanc, et je vais te dire où se cache Hymbert car je suis ici pour le tuer, si je te dis où il se cache veux-tu me remettre Raïcha, sa mère et le marchand qui lui aussi a un petit garçon. » Dit Jean.

« Je ne te crois pas, qui es-tu ? » 

« Je suis Templier et je t’ordonne de laisser en paix cet homme. »

« Tu mens, un templier ne se déplace jamais seul. »  

« Je te le répète, je suis venu tuer Hymbert. »

Les hommes essayèrent de s’emparer de Jean qui sortit son épée, en quelques secondes il blessa trois hommes tandis que le marchand s’emparant de son bâton en assomma trois par derrière. Le dernier homme savait se battre mais il était moins fort que Jean qui le désarma d’une botte secrète.

« Me crois-tu maintenant ? »

« Je te crois, prends le marchand avec toi si tu dis vrai à propos d’hymbert je te donnerais aussi ma sœur. »

« J’espère que tes hommes ne sont pas trop blessés, j’ai fait attention. » Dit Jean.      

Les hommes se glissèrent silencieusement jusqu'à un village abandonné. Ils distinguèrent Hymbert près du feu.

« Voici, tu peux rassembler une troupe assez nombreuse et les surprendre dans leur sommeil, me laisseras-tu tuer Hymbert. »

« Non, tu es templier ce serait un péché pour toi, part avec tes protégés, c’est moi qui tuerais Hymbert. »

Jean, content retourna à la commanderie avec ses protégés. Le Maréchal ne décollerait pas.

«  Tu as enfreins toutes les règles Jean, tu devras être en prison puis exclu de notre ordre, néanmoins il se livrera une grande bataille demain, Guy de Lusignan va attaquer Saladin. »

« Ce sera une déroute, ne devrions nous pas rester chez nous. » Dit Jean.

« Tais toi Jean. »

Jean alla se coucher, toujours content malgré les nouvelles, Hymbert allait mourir.

Le lendemain il fût réveillé à l’aube.

« Jean un message pour toi »

C’était Mohammed, l’oncle de Raïcha.

« Jean, je n’ai pas réussi à tuer Hymbert, tout est à refaire. »

« Oui tout est à refaire. » 

 

Publié dans Recits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article