Trinosophie 2

Publié le par maybruce

Texte tiré de la très sainte trinosophie

Ce n’est pas pour vous Philochale que j’esquisse ce tableau effrayant, l’ami de l’humanité ne deviendra jamais son persécuteur mais l’indiscrétion mon fils, ce besoin impérieux d’inspirer l’étonnement, l’admiration voila le précipice que je redoute pour vous.

 

L’auteur le comte de St Germain poursuit son explication  par un autre écueil sur la voie initiatique, c’est l’indiscrétion et le besoin impérieux d’inspirer l’étonnement ou l’admiration ce qui est aussi une variante de l’Orgueil, mais nuance importante un orgueil qui vulgairement fait « gonfler les chevilles » ou encore « donne la grosse tête » ou encore donne l’impression de sortir de la « cuisse de Jupiter »; l’initié veut que l’on admire « ses pouvoirs » et en même temps il est grisé par ces mêmes « pouvoirs ». Pour se faire admirer l’adepte en sciences ésotériques va livrer certains secrets et de ce fait attire l’attention par exemple de l’Inquisition de l’époque où était faite l’œuvre, ou bien à d'autres époques, pour les gens dits normaux ces « pouvoirs » vont susciter la jalousie où encore faire passer l’adepte pour un fou furieux donc il faut quelque soit la découverte tenir sa langue.

Il s’agit bien entendu d’une découverte mystique. A l’époque il était difficile de sortir des sentiers battus et rabattus de l’église et même si l’église commençait à décroître du point de vue du pouvoir, la quête initiatique n’était non plus pas bien comprise par l’esprit des lumières Il ne faut donc pas se griser de ses pouvoirs quelque soit la faculté de se dédoubler ou de  projection, que ce soit les prémonitions que ce soit le don de guérison, pour ce dernier don il est dangereux de s’exposer aux foudres de la médecine officielle bien plus féroce envers un guérisseur qui guérit qu’envers un charlatan authentique qui ne guérit que parce qu’il croit en lui, sinon rien ne se passe.                    

Publié dans Trisonophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article