Sectes, Églises et Religions

Publié le par maybruce

Nous commencerons ce chapitre par une mise en garde, nos écrits sur ce sujet n’ont pas la prétention d’apporter quelque chose de neuf sur le plan des idées car tout absolument tout a été écrit en matière de religion ou de spiritualité, le phénomène sectaire est quant a lui aussi vieux que l’humanité ou presque. Il existait des sectes en Atlantide, dans l’Egypte ancienne sans parler des différents courants judaïques sans parler des courants chrétiens. Les sectes naissent de deux phénomènes paradoxaux : d’une part le désir archaïque de vivre et d’appartenir à un groupe ce qui est commun à certain animaux comme les loups et d’autre part le désir de se relier à la cause premiére de toutes choses ce qui est un désir très ancien aussi vieux que la conscience de soi autrement dit aussi ancien que la naissance de l’âme individuelle. La secte est une réponse infantile au besoin de spiritualité basée sur des besoins archaïques, de plus elle fonctionne aussi en maintenant la dualité entre le corps et l’esprit alors qu’au niveau cosmique le besoin de sécurité et le besoin de spiritualité ont la même importance et favoriser l’un par rapport à l’autre conduit au déséquilibre.

En plus de ces deux facteurs primordiaux viennent se greffer le remplacement de Dieu au sens large par « Dieu le Père » et puis le remplacement de « Dieu le père » par le « guide » incontesté et incontestable, nous n’utilisons pas le mot « Gourou » qui est un terme propre à l’hindouisme et un vrai Gourou ne peut être un chef de secte. Qui devient chef de secte ?. Et le choisit-il ?

Il est rare qu’un beau matin au lever, une personne se lève et dise. Tiens je vais fonder une secte !!! mais plutôt : je vais enseigner la spiritualité. Bien souvent le futur enseignant est munit d’un enseignement authentique qu’il met au goût du jour ou qu’il arrange à sa convenance. Le futur chef à toujours le charisme, le rayonnement du « Gourou authentique » mais il lui manque la faculté de laisser apparaître le « Soi » Ce Soi et pris dans le sens védantique du terme. Il forme alors un petit groupe qui grandit rapidement et le futur chef est surpris de son propre succès. Mais en réalité c’est le Soi qui commence à agit à travers lui ou bien « La Force » mais lui ne le sait pas et devient de plus en plus paranoïaque au fur et à mesure que grandit le groupe.

La force d’un groupe nombreux réclamant un « Père spirituel » ou un « homme Dieu » est considérable. Par exemple Rajnech était presque arrivé à l’illumination. Le « gourou cosmo-planetaire » aussi et contrairement à ce que peuvent dire les médias à scandales. C’est plus d’adepte qui forme le Gourou à son image que le contraire. D’autres groupes sont de toute autres nature a savoir des organisations mafieuses. En résumé il est nécessaire d’avoir toujours à la pensée que les membres d’une « secte » sont toujours aussi bien acteurs que victimes

Entre les sectes et les religions existent des organisations religieuses à tendances sectaires, ce sont des groupes émanant d’une religion établie.. Non on ne devient pas victime de ce genre de groupe, on devient membre car cela correspond à nos convictions, il n’est pas besoin de citer de noms.

Certains disent, les sectes possèdent des techniques de manipulations mentales il suffît de les écouter une fois pour tomber sous leu emprise, étonnant de constater que dans notre monde cartésien et rationaliste la croyance en la magie. Non ce n’est pas en écoutant une conférence que vous serez transformé en zombie ni même en deux jours. Alors que font les sectes ?. Et bien elles font comme les religions c'est-à-dire en utilisant la prière, le chant, ou encore les mantras alors ou se situe la différence ?.

Une des religions la mieux expliquée et aussi la plus vieille c’est « le Vedanta » L’ego dans cette religion doit disparaître ou plutôt laisser provisoirement la place , ce qui va permettre au Soi d’apparaître et de communiquer le Soi étant aussi le Divin, c’est ainsi que se forme une spiritualité authentique. Les sectes utilisent ces mêmes techniques spirituelles et au lieu de laisser parler le Soi laissent couler la parole du guide paranoïaque.

Il existe toujours un danger de dérive sectaire dans les groupes qui vivent de plus en plus coupés du monde et ceci n’existe pas chez les maîtres spirituels authentiques. A ce sujet nous pouvons nous reporter aux écrits et aux films d’Arnaud Desjardins ou les ashrams ressemblent plus à des halls de gare qu’a des communautés agraires ce qui est un signe d’authenticité. Pour autant il existe aussi des groupes privés comme les obédiences maçonniques qui ne sont pas des sectes. Nous en reparlerons plus tard.

Les églises donnent un cadre rassurant d’une part en raison de l’architecture des édifices et en donnant des parents idéaux sous une forme abstraite, ne parle-t-on de « Dieu le père » et de notre « Sainte mère l’église ». on peut très bien détester le pape et suivre assidûment la messe tous les Dimanches ce qui difficilement possible dans une secte authentique, il est possible également de suivre la messe et ne pas croire aux dogmes de l’église. Les couvents et les monastères n’obéissent pas à un chef spirituel mais à des règles et à des responsables ou des supérieurs. Les églises et les religions d’autre part ont un rôle spirituel et culturel. L’état d’Israël est fondé sur une appartenance religieuse que la majorité des hommes politiques reconnaissent. Ne parlons pas des états Islamiques. Le mélange politique et religion est aussi un levain puissant pour les tendances sectaires. Les deux chapeaux sont strictement incompatibles. Nous ne parlons pas du minuscule état du Vatican. Le moins mal réussi de ce mélange détonnant est l’institution du Dalaï Lama au Tibet encore que les Dalaï Lama déléguaient beaucoup en ce qui concerne la politique mais cela n’a pas porté chance aux tibétains. La séparation de l’église et de l’état est une très bonne chose. Ces « républiques Islamiques » sont voués à l’obscurantisme. Les Israliens sont voués à la destruction s’il y a trop de religieux faisant de la politique. Ceci semble être la règle.

Chaque religion possède une profession de foi, des dogmes, mais ces dogmes sont différents de la spiritualité. La véritable spiritualité des religions vient de cérémonies et les rituels. J’ouvre ici une parenthèse, j’ai assisté avec tristesse à l’abandon du latin dans les rituels catholiques non pour des raisons passéistes mais pour des raisons d’efficacité spirituelle. Le fait que l’on ne connaisse pas la langue était un avantage car ainsi le mentale ne cherchait à comprendre et de plus cette langue tout comme l’hébreu ou le sanscrit était riche en Mantras ou plutôt en voyelle sacrées ainsi si nous prenons,s un exemple D(Om)inus sanctus peut être dit par le prêtre prolongeait le son Om et le son E.

Existe-t-il d’autres organisations que les sectes et les religions pratiquant la spiritualité.. Il en existe bien sur et nous pouvons les classer en deux catégories : Les groupes initiatiques authentiques et les groupes informels.

Les groupes initiatiques préservent aussi le besoin de spiritualité mais cela se fait d’une manière plus abstraite que les religions. Il s’agit souvent d’une organisation lourde et bien structurée sur les plans ritueliques et administratifs. Il existe aussi des protections contre les dérives sectaires, ce n’est pas par hasard si le maître d’une loge maçonnique change tous les ans. Un an n’est pas suffisant pour « s’attraper la grosse tête » l’expression est un peu vulgaire mais bien imagée. La loge maconnique tien lieu de groupe et aussi de parents pour ceux qui en aurait encore besoin, certains maçons désignent leur loge sous le nom de « la famille ». La forme de travail spirituel passe par les symboles eux-mêmes en relation ou en analogie avec les forces spirituelles. Ainsi le fil à plomb et le niveau forment un croix, le niveau étant la verticalité et le contact avec le divin, le niveau étant la matière et l’horizontalité. Mais je ne vais pas dévoiler tous les symboles maçonniques. Dans se trouvent des principes, mais pas de dogmes. Il y bien d’autres ordres l’ordre de la Rose Croix AMORC et les différents ordres Martinistes sont à recommander pour ceux qui cherchent la spiritualité sans adhérer à une religion.

Il existe aussi toute une série de groupes informels sans organisation lourde et suivant les aspirations de chacun. Ces groupes forment à la fois les futures religions, les futures sectes et les futurs ordres initiatiques cela dépend de l’évolution. Certains prennent une technique connue comme le Zen ou bien un mélange de techniques. Cette forme d’organisation peut être supérieures à toutes les autres à condition de dépasser les formes infantiles de spiritualité qui durent quand même plusieurs vies pour un individu. En fait ce type de groupe ne marche que si il fonctionne pour la spiritualité uniquement de plus il doit être assez petit et d’autre part il suppose que les membres connaissent bien une tradition particulière.

Nous pouvons conclure ce chapitre bien qu’il puisse encore continuer des pages et des pages. Nous avons choisis de faire court en insistant sur des points qui sont rarement étudiés.

Publié dans l'adepte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article