SAT CHIT ANANDA OU LA TRINITE COSMIQUE

Publié le par maybruce

 

 

Sat c’est le « Je suis la voie » de Jésus, je suis tout ce qui existe l’être n’est pas dans l’arbre, il est l’arbre, l’être est la matière mais il est bien plus, la matière est la matrice qui cache la forêt des énergies, autrement dit les formes sont prédestinées et il ne faut pas s’arrêter aux formes qui existent contrairement à certaines philosophies, elles sont seulement une matrice, l’illusion consiste à croire que tout est matrice, que rien n’existe en dehors des formes. Pour vivre dans le monde ordinaire l’homme a été obligé de se limiter, certains disent de « chuter » ce qui est une grossière approximation.

Sat c’est être partout à la fois en même temps, pour un initié c’est être bien partout car dans son for intérieur l’initié sait qu’il n’est pas limité, dans le christianisme cela représente « le père »

Chit est la connaissance de tout ce qui est, de tout ce qui sera, de tout ce qui était. Par exemple notre ami que nous appellerons Bernard saura en état de Chit, le prénom de sa future petite fille ainsi que la couleur de ses yeux bien que la future petite fille ne naisse que dans sept ans.

Chit c’est la connaissance immédiate mais il ne faut pas s’illusionner l’initié n’en sait qu’une partie ce n’est pas possible de vivre autrement, cette connaissance permet à Dieu de connaître « sa création » quoi que le mot « création » soit une notion très simplifiée, qui d’autre que « le fils » dans le christianisme représente « Chit », le fils c’est les yeux du père celui qui est.

Ananda : est la félicité parfaite autrement appelé « le Nirvana » qui n’est pas la négation de l’être car l’être ne peut exister sans connaissance ni félicité.

Ce message pose plus de questions qu’il n’apporte de réponse. Cela est voulu car ces questions si elles sont posées intérieurement atteignent « le Soi » et en retour tôt ou tard une parcelle de Sat Chit Ananda viendra à vous.

 

Publié dans l'adepte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article